Partagez | 
 

 Ronce Noire - Clan du Ciel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ronce Noire

Nouveau venu

avatar


Féminin Sagittaire Chien

Anniversaire : 26/11/1994
PUF : Poupou
Age : 23

Arrivée : 01/06/2013

RP : Libre !
Messages : 1
Messages RP : 0
Comptes : Ronce Noire

Liens : Blblblbl.
SUJET: Ronce Noire - Clan du Ciel.
POSTÉ LE: Dim 12 Jan - 23:26



Ronce Noire

« je suis dans un de ces soirs
où l'on sent l'air nous glisser le long du cou,
Et où l'on se sent si fort, si puissant
Que l'on craint que le sol ne s'ouvre en deux sous nos pas 
»


Je suis.
Nom ϟ Ronce Noire.
Age ϟ 67 lunes. (A peu près 4 ans.)
Genre ϟ
Clan ϟ Clan du Ciel.
Rang ϟ Conseiller.


seul, j'existe face à vous.

Famille ϟ Ronce Noire est né dans une famille incomplète : Sa mère, Tâche de Coccinelle, est morte au moment de sa naissance et celle de ses deux sœurs, Mûre Sauvage et Fleur de Fraisier. Son père, Aile de Papillon, a malgré tout su s'assurer que ses chatons ne manquent jamais de rien.

Physique ϟ Ronce Noire est un guerrier qu'on pourrait qualifier d'élégant dans son attitude : Sur de lui, il est fin et haut sur patte, son beau pelage gris nocturne est toujours lustré. On pourrait croire qu'il est méfiant toujours un peu à l'affût, car il se tient courbé, rarement la tête haute, et n'aime pas qu'on le regarde dans les yeux. Ceux ci sont d'ailleurs d'un bleu profond, couleur d'un lac sous la lune.

Caractère ϟ Ronce Noire est un guerrier au mental typique du Clan du Ciel : Il n'aime pas user de la violence et essayera toujours d'échanger avec un autre félin plutôt que de se quereller inutilement. Malgré tout, si on lui cherche des puces, il n'hésitera pas à faire comprendre à son adversaire qu'il ne faut pas se moquer de lui. Ronce Noire est un guerrier silencieux. Il parle peu, non pas par soucis de timidité, mais simplement parce qu'il n'en ressent pas la nécessité. Il aime apprécier le silence de la nuit. Il ne faut pas pour autant croire que ce mâle est un chat idiot ou rêveur : Ronce Noire est un guerrier confirmé et mature. Simplement, il se sent  en communion avec la nature une fois que le soleil a sombré derrière l'horizon et que son pelage ne fait plus qu'un avec la nuit. C'est un guerrier sensible et aux aguets, toujours soucieux du bien de son Clan. Il se fit énormément à son instinct et à son sens se l'observation, et a des facilités pour deviner les sentiments de ses interlocuteurs, ce qui en fait un bon confident. 


Nous existons, ensemble.


 La pluie tombait drue cette nuit là. Le campement de l’Éclat Céleste semblait terré au plus profond de ses tanières, bien loin du froid et de la violence des éléments. Un guerrier au poil brun et blanc tacheté tenait la garde, accompagnée d'une femelle au pelage immaculé. Tout deux avaient le regard perdu au loin et l'air ennuyés. Qui pourrait bien menacer le campement par une telle nuit de tempête ? Tout les animaux de la forêt devaient être au sec. Tout les animaux à part eux. Aile de Papillon soupira et ébroua son pelage humide alors que deux autres félins les rejoignaient pour les remplacer. Le grand mâle au pelage tacheté jeta un regard plein de reconnaissance aux deux guerriers qui s'approchaient et s'éloigna d'un pas lourd vers la tanière des guerriers, le dos courbé. Mais un appel désespéré le retint soudain. Il couru en catastrophe jusqu'à la pouponnière, d'où émergeait le cri, ce cri si terrifiant car il en connaissait trop bien son émettrice. Il y trouva sa compagne, Tache de Coccinelle, allongée à même le sol, agonisante. Elle semblait vouloir se recroqueviller sur elle même mais quelque chose de plus fort qu'elle la maintenait tendue et étirée. L'odeur de la peur emplissait la pouponnière, et Aile de Papillon fut prit à la gorge par cette terreur soudaine qui l'enveloppa, plus lourde encore que son pelage détrempé. Dérouté par l'urgence des évènements et l'angoisse qui l'avait saisit en voyant sa compagne souffrir le martyr, il sortit en hurlant de la tanière où gisait sa compagne pour avertir le reste du campement en espérant que quelqu'un courrait chercher le tianzi à sa place, et rejoignit la belle femelle au pelage sombre, les pattes tremblantes. Elle allait mettre bas, et il était incapable de l'aider de quelque manière que ce soit. Rongé par l'inquiétude et la culpabilité, il ne put que lui témoigner de son affection et posant son front contre celui de Tache de Coccinelle en lui murmurant des paroles qu'il espérait rassurantes, les yeux plongés dans les siens.

Tout se passa très vite. Etoile Sombre surgit dans la pouponnière, l'air sûr de lui mais inquiet. Une autre femelle, Cœur de Bruyère, avait assisté Tache de Coccinelle pendant le début du travail. La femelle roux sombre avait elle même eut ses chatons une lune plus tôt, et ceux ci regardaient la scène d'un air interrogateur, les yeux encore plein de sommeil. Aile de Papillon ne savait plus quoi faire. Écarté de sa compagne avec douceur par le meneur du Clan, il ne put que s’asseoir à l'écart, pétrit d'appréhension et de tristesse. Le mâle désœuvré ressentait un mélange d'angoisse et de bonheur. Il allait être père ! Qui aurait cru que cela générerait une telle peur en lui.  Pendant quelques instants à peine, il fut projeté hors du monde, loin des cris, de la détresse de sa compagne au poil souillé par le sang et du bruit violent de la pluie. 
Malheureusement, avant même que l'idée du bonheur qu'il allait vivre avec sa compagne et ses chatons ne puisse l'effleurer, le tianzi s'approcha de lui, les yeux plein de tendresse, et posa sa queue sur son épaule. S'était il déconnecté si longtemps de la réalité ? Aile de Papillon se sentit glacé jusqu'aux os quand son regard croisa celui du meneur, et approcha Tâche de Coccinelle d'un pas lent. Le long de son ventre se tenaient recroquevillés trois minuscules chatons. Une odeur écoeurante emplissait la pouponnière, odeur bien trop révélatrice de ce qui allait suivre. La femelle brune leva des yeux fatigués vers son compagnon et pressa à nouveau son front contre le sien, les yeux dans les yeux :


    «  Prends bien soin de nos chatons, Aile de Papillon.


Murmura la femelle d'un air qui se voulait enjoué, mais que son compagnon ne perçut qu'éteint. aile de Papillon la fixait intensément, comme si cela pouvait retenir encore un peu la vie qui s'évanouissait derrières les pupilles ambrées de sa compagne, les larmes au bord des yeux :


    «  Comment faire ? Sans toi je ne suis rien, Tache de Coccinelle ! Reste avec moi.. Reste avec nous..! La supplia-il. 
    - Aile de Papillon.. »


La femelle laissa tomber son museau sans douceur dans l'épaule du guerrier, et celui-ci cacha ses larmes au creux du pelage de sa compagne mourante. Combien de temps restèrent ils ainsi l'un contre l'autre dans une dernière étreinte, Aile de Papillon tentant de saisir encore une fois l'odeur de sa précieuse guerrière au pelage brun, les yeux embués par la douleur ? Seule la Tribu Invisible saurait le dire. Aile de Papillon abandonna le corps de sa compagne avec un sanglot, essayant de l'aider à poser sa tête délicatement au sol, tandis que le tianzi dirigeait ses chatons vers Cœur de Bruyère, une reine au poil roux sombre. Le guerrier endeuillé leva des yeux dénués de joie vers ses trois petits, tandis que les derniers mots de sa chère Tache de Coccinelle résonnaient à nouveau dans son esprit : « Prends bien soin de nos chatons. » Déjà cette phrase lui semblait déformée, arrachée. La Tribu Invisible emportait l'odeur de sa compagne, sa présence, sa vie, et maintenant sa voix. C'était si soudain et si injuste. Il entendit Etoile Sombre lui murmurer ses condoléances en lui expliquant qu'il avait fait tout ce qui était en son pouvoir, mais Aile de Papillon n'y prêta pas vraiment attention. Non pas qu'il fut en colère. Il savait que le guérisseur avait fait tout ce qu'il lui était possible de faire. Un instant, Aile de Papillon se sentit plus seul que jamais, bien qu'il fut entouré de nombreux chats au sein de la pouponnière, tous venus encourager le mâle au pelage tacheté. Le bruit de la pluie lui vrilla les tympans, et plus que jamais il ressentit l'envie de se blottir contre sa mère à la manière d'un chaton pour oublier toute la souffrance qui le submergeait.

Un couinement plaintif le ramena à la réalité, et le mâle rouvrit des yeux hagards en découvrant ses trois chatons. Ils étaient si minuscules, si vulnérables, que Aile de Papillon ne put s'empêcher de s'approcher d'un pas hésitant, comme s'il avait peur de trébucher sur eux et de leur faire mal. Il les sentit du bout du museau, si délicatement qu'il  dû s'approcher encore pour mieux percevoir leur odeur. Trois chatons. Le don de la Tribu Invisible en échange de la vie de sa compagne. Aile de Vulcain se pressa contre eux, espérant les réchauffer grâce à son pelage long, mais Cœur de Bruyère l'écarta du bout de la patte, sans méchanceté, et murmura :


    « Ton pelage est trempé, Aile de Papillon. Ne t'en fais pas, je veillerais sur tes petits jusqu'à demain matin. »De plus en plus désemparé, le guerrier anéanti jeta un regard à son chef dans lequel perçait la tristesse et la peur :
    « Je comprends ton désarrois, Aile de Papillon, mais Cœur de Bruyère a raison. Pour le moment, tu es trop fatigué pour rester avec eux. Va te reposer, tu l'as amplement mérité. »


Le mâle brun jeta des regards inquiets vers le reste de l'assemblée : Le corps de sa compagne avait été écarté de la pouponnière et avait rejoint le centre du campement pour que chacun puisse la veiller une dernière fois. Ses yeux heurtèrent ceux de son chef. Son regard était bienveillant et rassurant. Comme un chaton, Aile de Papillon se leva précautionneusement, pencha la tête en passant l'entrée de la pouponnière, et rejoint les autres guerriers dans la clairière, pencha les yeux sur le corps de la chatte qu'il avait tant aimé, et s'abandonna près d'elle, le cœur meurtri. Ses paupières lourdes se fermèrent tout de suite, mais il ne dormit pas du reste de la nuit.
Au petit matin, Aile de Papillon sentit un museau contre son épaule : Etoile Sombre lui indiqua la pouponnière et le mâle brun ne sut que faire. Trois boules de poils l'y attendaient surement, et il n'était absolument pas prêt à entamer sa paternité sans sa compagne. Etoile Sombre sembla lire dans ses pensées et murmura :


    «  Tu n'es pas seul, Aile de Papillon. N'oublie pas qu'au Clan du Ciel, nous sommes tous une grande famille, et veillons les uns sur les autres. Maintenant suis moi. Ces chatons ont besoin de rencontrer leur père. »


Aile de Papillon se leva d'un pas lourd et trotta derrière son chef, rassuré par ses paroles. La pluie avait cessé de tomber, et le jour s'était levé péniblement. Déjà le ciel était un peu plus bleu et de petits nuages moutonneux courraient dans le ciel matinal. L'air était froid et sec, et le vent soufflait, ébouriffant le pelage négligé du guerrier tacheté. La poussière au centre du campement était encore mouillée et collante, mais la saison froide semblait reculer enfin pour laisser place à des jours meilleurs. Un oiseau chantât au loin, tandis que le mâle du Clan du Ciel baissait la tête à nouveau en pénétrant la pouponnière. La lumière qui filtrait était froide, mais l'atmosphère était moins glacée qu'à l'extérieur. Aile de Papillon entrevit deux chatons roulés en boule dans un coin, un petit nid de mousse aménagé à la va vite sous leurs échines, qui se soulevaient à un rythme régulier. Le ramdam de la nuit précédente avait dû les laisser épuisés pour qu'ils dorment si tard. Aile de Papillon soupira et secoua la tête, s'efforçant de ne pas penser à la douleur qui lui déchirait le cœur en sentant l'odeur poisseuse du sang qui lui montait au nez en repensant aux évènements de la veille. Au lieu de cela, il tenta de garder l'esprit clair pour découvrir ses petits, car bien qu'il ait imaginé l'évènement tout autrement, il souhaitait en garder un souvenir indélébile. 
Cœur de Bruyère lui sourit d'un air compatissant et optimiste à la fois en écartant doucement sa queue des chatons qu'elle protégeait du froid. La mort de Tache de Coccinelle était tragique et rien ne la remplacerait, mais trois chatons venaient de voir le jour, et ces trois chatons devaient être accueillis sur les terres du Clan du Ciel comme un don de la Tribu Invisible et non comme une punition.
Aile de Papillon sourit légèrement, attendrit par la vision des boules de poils qui gesticulaient contre le ventre de Cœur de Bruyère. Il posa son museau sur l'épaule de la femelle rousse avec beaucoup de douceur. Jamais il ne saurait assez la remercier pour ce qu'elle avait fait. Hésitant, il jeta un œil vers Étoile Sombre, qui inclina la tête d'un air approbateur. Le guerrier tacheté inspira, et observa les chatons tout en s'allongeant près d'eux, les pattes sous son poitrail. Quels noms aurait aimé Tache de Coccinelle pour eux..? Les petits bougeaient à peine, et semblaient tous si fragiles.. Ils étaient à peine plus grands que des souris. Aile de Papillon sentit son cœur gonfler de bonheur face à ces chats : Ils étaient ses petits, et il en était déjà si fier. Il observa les robes de ses minuscules boules de poils et décida de déduire leurs noms à la couleur de leur pelage. La première, une petite femelle adorable au pelage tout noir et aux oreilles rondes, émit un glapissement en cherchant un moyen de téter.


    « Petite Mûre.. » 

chuchota le guerrier en léchant le dos de sa fille comme pour l'accueillir sur terre. Son regard se porta sur le deuxième chaton, un mâle au pelage gris ébouriffé. Il semblait plus calme que sa sœur, et son dos se soulevait d'une manière régulière trahissant un sommeil léger. Aile de Papillon le lécha à son tour :

    «  Petite Ronce.. »

Alors qu'il relevait le museau, le chaton leva la tête et bailla, découvrant de minuscules dents. Aile de Papillon sut qu'il avait bien choisit. En voyant la dernière chatonne, le guerrier sourit en découvrant qu'elle avait le même pelage tacheté que lui. Elle gesticulait faiblement, et Aile de Papillon se dit qu'il lui fallait un nom plus doux, plus rassurant, qui ne soit pas trop lourd pour elle. Ainsi fut baptisée la deuxième sœur de Petite Ronce :

    « Petite Fraise. » 


~

Une lune passa. Petite Ronce et ses sœurs grandissaient rapidement, gagnant en force et en témérité, chaque jour un peu plus curieux et plus ouverts. Aile de Papillon bombait fièrement le poitrail de fierté chaque fois qu'il les voyait, même si une certaine mélancolie semblait parfois l'étreindre. Ce jour là, Petite Ronce et ses soeurs ne tenaient plus en place : Après tout ce temps passé dans la pouponnière, pour la première fois, leur père allait les faire sortir et même leur faire visiter le campement, qui sait ! Le matou gris trépignait d'impatience, comme ses deux soeurs. L'après midi que leur papa avait réservé pour eux après une patrouille de chasse était une véritable joie pour les trois chatons.
Aile de Papillon les guida donc dans le campement, leur montrant de loin les différentes tanières, que les petits espéraient pouvoir découvrir plus amplement au plus vite. Mais "Tout vient à point à qui sait attendre" leur répetait souvent leur père. Obéissants, les trois garnements se calmaient tout de suite. Ils n'aimaient pas que leur papa se mette en colère, car bien que rares, les fois ou leur guerrier de père s'énervait, ce n'était pas joli à voir. Petite Ronce tentait tant bien que mal de compenser l'absence de sa mère par celle de ses deux soeurs, car malgré la présence de Coeur de Bruyère au début de leur vie, le chaton avait vite compris qu'elle ne remplacerait jamais une génitrice, bien qu'elle leur donne toute l'affection du monde, elle ne leur délivrait pas la même, et n'avait pas la même dévotion envers eux qu'envers ses deux "vrais" chatons. Elle continuait de séparer le chaton gris et ses deux soeurs de ses deux petits, Petit Charbon et Petit Pôle, que le chaton observait toujours un peu curieusement de loin : N'étaient-il pas un peu comme des frères et soeurs quelque part ? Comment Coeur de Bruyère arrivait elle à considérer qu'elle avait deux familles différente ? Était ce seulement à cause de leur âge ?
Mais ces questions trottaient seulement rarement dans l'esprit de Petite Ronce, qui restait un chaton, bien que mature pour son âge. Et cet après midi là, alors qu'il savourait le bonheur simpmle d'être un petit comme les autres, son père lui apprit les couleurs. Vert, comme les feuilles de la forêt. Blanc, comme les nuages. Bleu, comme le ciel.


    « Non, il n’est pas bleu. »
    « De quelle couleur est-il, alors ? »
    « Il est noir, bien entendu. »


Pour la première fois, Petite Ronce leva les yeux vers Petit Pôle avec curiosité. Jusque là, il l'avait entrevue dans la pouponnière, sans jamais prêté attention à elle, du fait de la séparation étrange que faisait Coeur de Bruyère entre sa portée et de celle de Petite Ronce. D'autant qu'il comprenait que la chatonne blanche ne l'ai jamais vraiment cherché non plus. Elle était plus âgée d'une lune et appréciait sans doute mieux les jeux auxquels elle participait avec son frère Petit Charbon, bien qu'il ait toujours semblé turbulent aux yeux de Petite Ronce. Le chaton continua d'observer l'échange entre la petite chatte au pelage blanc immaculé et sa mère au pelage roux sombre. Elle ne voyait donc pas de la même manière que lui ? C'était surprenant. Pourtant jamais elle n'avait fait preuve de maladresse, au contraire elle se déplaçait d'une manière souple et sûre d'elle, presque dansante. Le chaton gris se surprit à la fixer et détourna le regard pour croiser les yeux de ses soeurs, qui semblaient tout aussi curieuses que lui. Petite Fraise agita les oreilles imperceptiblement. Ses deux soeurs étaient aussi avares de mots que le chaton, mais ils se comprenaient parfaitement. Les autres chats alentours semblaient en émoi. Un des chatons du chef du Clan était aveugle. Petite Ronce resta perplexe face à tant d'agitation, et ses yeux se posèrent à nouveau sur le centre de l'attention, la chatonne blanche, qui semblait étonnamment sereine. Etoile Sombre finit par conclure l'échange entre sa compagne et la chatonne d'un air qui se voulait teinté d'amusement, bien que beaucoup de chats y perçurent sans doute une note sous jacente bien plus sérieuse. Aile de Papillon se pencha vers ses chatons, les regroupant du bout de la queue d'un air protecteur :


    « Mes petits, voici une leçon qui vous sera utile : Ici au Clan du Ciel, vous serez toujours traité comme tout les autres, qu'importe vos différence. C'est l'une de nos forces, et ce qui nous  rend unique par rapport aux autres clans : Le respect et la tolérance. Nous sommes une grande famille, et c'est grâce à cela que nous nous entendons tous si bien. »


Petite Ronce acquiesça en silence, se promettant de faire preuve des mêmes égards vis à vis de tout les chats qu'ils rencontreraient, qu'ils soient différents de lui ou pas. Son père lui lécha la tête à lui et ses soeurs en ajoutant d'une voix calme :


    « Je sais que vous serez dignes de votre Clan. »


Un mouvement de queue dans sa direction lui fit tourner la tête. La chatonne blanche s'était approchée en trottinant, un air nonchalant dépeind sur son visage lumineux, et ses moustaches s'agitèrent :


    « Désolée de t'avoir traité de menteur. »


Petite Ronce ne sut que répondre, dérouté par le regard perçant de la chatonne pourtant supposée aveugle, et il la regarda s'éloigner, la queue en panache.
La journée tira vers sa fin bien trop vite au goût des chatons , l'après midi devenu pluvieux forçant chacun à rejoindre sa tanière, et les plus courageux à sortir veiller sur le campement. La lune se leva peu à peu dans le ciel nocturne, et bientôt le silence retomba sur le campement du Clan du Ciel, laissant place au bruit des animaux nocturnes se promenant dans la forêt. Cette nuit là, alors que Petite Ronce se roulait en boule contre ses soeurs, le museau caché dans le pelage de Petite Mûre pour se tenir chaud et oublier le bruit de la pluie qui martelait à l'extérieur, il sut qu'il n'arriverait pas à dormir. Dès que ses paupières se posaient sur son regard, une couleur toute nouvelle pour lui jaillissait et l'éblouissait violemment.

Or.
Comme les yeux de Petit Pôle.

~

Nuage de Ronce avait grandit, était devenu un apprenti sérieux et loyal. Peu désobéissant comme son père le lui avait apprit, il faisait honneur à son Clan en se montrant assidu et dévoué tant que possible. Il prenait chaque conseil à coeur et essayait de son mieux de se montrer à l'écoute et surtout réceptif à tout les enseignements qu'on lui accordait. Le Clan du Ciel et son état d'esprit coulaient dans ses veines. L'apprenti au pelage gris était extrêmement mûr pour son âge et voulait se montrer digne de aile de Papillon, qu'il admirait énormément. Son autonomie lui avait fait gagner le respect de nombreux guerriers, et il tâchait de rester humble tout en accomplissant les tâches qu'on lui proposait. Imperceptiblement, le chat gris s'était rapproché de Nuage Polaire depuis leurs baptêmes d'apprentis respectifs, qui avait eu lieu au même moment. Ses deux soeurs, dont il avait su rester proche malgré tout, avaient une relation plus fusionnelle et vadrouillaient souvent ensemble. Nuage de Ronce regrettait cette complicité perdue, car il affectionnait énormément ses soeurs. La présence de Nuage Polaire lui mettait du baume au coeur, et depuis que la jeune chatte avait perdu son frère, Nuage de Charbon, il avait conscience qu'il lui apportait un quelque chose qui lui manquait à elle aussi. Se rappelant de la douleur incompréhensible qu'il avait ressenti en voyant la complicité mère-enfant entre la portée de Coeur de Bruyère, et ses petits, Nuage de Charbon et Nuage Polaire, le jeune chat s'était interdit de l'abandonner à sa souffrance et l'avait épaulée dans ses moments de tristesses, qui bien que rares et inavoués, étaient plus fréquents qu'on aurait pu le penser au vu de la relation chaotique que les deux jeunes félins avaient entretenus. Les deux apprentis apprentis entretenaient une relation bienveillante l'un envers l'autre, et faisaient preuve d'égards attentionnés l'un envers l'autre. Le Clan tout entier d'ailleurs semblait s'amuser d'essayer de restituer au mieux ses sensations auprès de la petite chatte blanche après telle ou telle sortie, et Nuage de Ronce ne pouvait s'empêcher d'agiter ses moustaches de fierté en constatant à quel point de Clan du Ciel était bon avec chacun de ses membres.
Nuage de Ronce faisait de son mieux pour jongler entre son apprentissage et les moments d'amitié échangés avec sa nouvelle amie. Il avait conscience qu'elle aussi subissait un enseignement d'autant plus strict, puisqu'elle était devenue l'apprentie officiel du tianzi, et cela imposait un respect tout nouveau à l'apprenti gris nuit, qui parfois avait peur de passer pour un idiot. Il avait prit l'habitude de tenir sa langue quand il avait peur de dire une bêtise, et essayait de mieux comprendre la cécité de sa camarade en s'efforçant parfois de compter plus sur ses autres sens que sur la vue pour se déplacer et percevoir l'environnement qui l'entourait. Cela lui permit de développer une agilité particulière et un sens de la discrétion qui était souvent mal interprêté par les chats des autres Clans pendant les Assemblées : Il passait pour un genre d’asocial facilement intimidable. Rien que pour ça, il avait développé une colère muette à l'égard du Clan de Jade et du Clan des Brumes, qui étaient indubitablement des Clans brutaux et irrespectueux à ses yeux, soit tout l'inverse des valeurs qu'on lui avait inculquées. Sa conviction n'avait fait que se renforcer au fur et à mesure des Assemblées qui avaient eut lieux depuis sa première, celle ou Nuage Polaire avait reçu un accueil si froid et détestable. Du haut de sa position d'apprenti, Nuage de Ronce n'avait pas pu réagir comme il le souhaitait à la situation, mais sur l'instant, il bouillonnait tellement qu'il aurait pu bondir sur le rocher où se tenaient les chefs de Clans pour leur arracher la fourrure qu'il ne s'en serait même pas senti coupable.
Depuis cet évènement, sa mentalité avait évolué et l'avait poussé à ressentir une méfiance qu'il estimait saine vis à vis des félins du Clan de Jade tout spécialement, du Clan des Brumes un peu moins, mais malgré tout. Bien qu'il tentât de son mieux d'essayer de suivre les enseignements de son père Aile de Papillon, il ne put s'empêcher de détester les grands airs belliqueux que se donnait le shogun du Clan de Jade.

Un après midi, alors que Nuage de Ronce avait vu de la neige pour la première fois et qu'il avait partagé des jeux enfantins avec les autres chats de son Clan, il avait compris au moment ou Nuage Polaire l'avait envoyé rouler dans la poudreuse que définitivement, les chats n'étaient pas fait pour cette étrange matière qui gelait les pattes. Son museau devenu blanc, il s'amusa à se rouler dedans pour changer la couleur de son pelage, et au moment ou Etoile Sombre lui même prit part à l'amusement des apprentis, il se prit au jeu et tenta de traquer le meneur grâce à son nouveau pelage forgé à même le paysage. Il se dit que cela lui serait utile et qu'il ne tarderait pas à se resservir de cette astuce pour la chasse, tant parce qu'elle camouflait l'odeur mais aussi parce qu'elle camouflait le pelage. Justement, un peu plus tard, tandis que Nuage Polaire appelait Nuage de Ronce pour qu'il se joigne à une patrouille, le matou vit une occasion de tester sa nouvelle technique, et rejoignit ses camarades d'un bond, content que Nuage Polaire ait pensé à le prévenir. Il se roula donc à nouveau dans l'épaisse poudre blanche qui recouvrait le campement sous les yeux amusés de Nuage Polaire, qui ne put s'empêcher de lui demander :


    « Eh bien Nuage de Ronce, tu as attrapé des puces ou quoi ? »


L'apprenti gris nuit désormais aussi blanc que sa camarade pouffa et lui expliqua qu'ainsi déguisé, il pourrait plus facilement se fondre dans le décor et serait probablement plus effectif à la chasse, ou du moins il l'espérait. Nuage Polaire agita les oreilles en signe d'amusement et le matou gris sut qu'elle comprenait. Leur complicité avait tant évolué que parfois les mots étaient devenus inutiles entre eux.


Le même sang coule dans nos veines.

Pseudo ϟ You can call me Poupou B)
Comment avez-vous découvert le forum ϟ Grâce à Champi Feuille :3
Parlez un peu de vous ϟ Alors moi c'est Amandine, j'ai 19 ans, et je RP depuis mes 12-13 ans à peu près x)) J'ai un bac STI option Art Appliqué en poche, et l'an dernier j'étais à l'école Pivaut à Nantes. Cette année je suis aux Beaux Arts de Quimper en première année, et j'suis en train de négocier pour me rapatrier à nouveau en Loire Atlantique :)
Avez-vous lu le règlement ϟ

_________________